Bolivie: le coup d’État soutenu par les États-Unis était basé sur des mensonges

Bolivia photoLes mensonges et l’hypocrisie flagrants des États-Unis ont été mis au jour avec la publication d’une nouvelle étude du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Celle-ci montre qu’il n’y a pas eu de fraude lors de l’élection présidentielle d’octobre dernier en Bolivie.

Le coup d’État de 2019 a été la véritable fraude

Les chercheurs américains du MIT ont démoli les fausses affirmations que l’administration américaine avait avancées pour justifier son soutien au violent coup d’État militaire contre le président socialiste bolivien Evo Morales.

La vérité est que Morales est le président légitime élu de Bolivie. Il a remporté l’élection d’octobre 2019 par une large marge dans un concours libre et équitable. Suite à la publication de cette nouvelle étude, le président argentin Alberto Fernández a une nouvelle fois défendu Evo Morales, déclarant que le leader bolivien “a remporté l’élection de l’année dernière par plus de 10 points”.

La véritable fraude a en fait été commise par l’administration de Donald Trump. L’idée que les États-Unis interviennent dans des pays du monde entier pour promouvoir la “démocratie”, les “droits de l’homme” ou la “liberté” a une fois de plus été exposée comme une imposture totale. En Bolivie, la démocratie a été renversée avec l’appui et le soutien matériel du gouvernement américain, parce que le peuple a élu le “mauvais” président.

Les spécialistes s’expriment

L’étude du MIT a été commandée par le Centre pour la recherche économique et politique (CEPR) et réalisée par les chercheurs américains John Curiel et Jack R Williams, spécialisés dans l’intégrité des élections. Leurs travaux remettent en question les affirmations de l’influente Organisation des États américains (OEA), basée à Washington, selon lesquelles les élections boliviennes auraient été entachées de “graves irrégularités”. Dans une déclaration publiée lors du processus de dépouillement des votes en Bolivie en octobre 2019, l’OEA a exprimé sa “préoccupation” face au “changement de tendance difficile à expliquer dans les résultats préliminaires après la fermeture des bureaux de vote”.

Selon Curiel et Williams, les allégations de fraude de l’OEA ne sont pas étayées par les données réelles. Écrivant dans le Washington Post, Curiel et Williams affirment que les allégations de fraude de l’OEA ne sont pas étayées par les données réelles :

Nos résultats étaient simples. Il ne semble pas y avoir de différence statistiquement significative dans la marge avant et après l’arrêt du vote préliminaire. Au contraire, il est très probable que Morales a dépassé la marge de 10 points de pourcentage au premier tour. …

Il n’y a pas de preuve statistique de fraude que nous puissions trouver – les tendances du comptage préliminaire, l’absence de grand bond dans le soutien à Morales après l’arrêt, et l’importance de la marge de Morales semblent toutes légitimes. Dans l’ensemble, l’analyse statistique et les conclusions de l’OEA semblent profondément défectueuses.

L’OEA est une organisation qui fonctionne comme un outil de la politique étrangère américaine qui a joué un grand rôle dans la justification du coup d’État en Bolivie. Ses accusations sans fondement de fraude électorale ont été largement et sans critique rapportées dans l’écrasante majorité des grands médias occidentaux. Cela a eu pour effet de saper le processus démocratique légitime de la Bolivie.

Mark Weisbrot, du CEPR, demande maintenant une enquête sur le comportement de l’OEA :

Oui et il faut une enquête de l’OEA pour découvrir qui a été responsable de la promotion de ce récit si manifestement faux pendant 4 mois, lorsque l’administration Trump et l’OEA l’ont utilisé pour soutenir un coup d’État militaire et une violente répression politique https://t.co/Y92yivTskC

– Mark Weisbrot (@MarkWeisbrot) 28 février 2020 –

 

Les Etats-Unis veulent dominer la Bolivie

La politique étrangère de l’administration américaine est guidée par la doctrine de longue date selon laquelle l’Amérique latine est la “cour arrière” des États-Unis et toute la région doit être subordonnée politiquement et économiquement aux États-Unis.

Le véritable crime de Morales et de son Mouvement vers le Socialisme (MAS) a été de rejeter la domination américaine et de poursuivre une voie d’indépendance, de développement et d’inclusion sociale.

Le succès du gouvernement de Morales est indéniable. En près de 14 ans, la pauvreté a été considérablement réduite, la proportion de la population vivant avec moins de 5,50 dollars par jour passant de 48,1 % à 24,7 %. Des secteurs stratégiques de l’économie – dont les vastes quantités de gaz naturel du pays – ont été nationalisés et d’énormes investissements publics ont été lancés pour développer le pays. Ce modèle économique a permis d’améliorer le niveau de vie pendant plus d’une décennie, avec une croissance moyenne de 3,2 % par habitant entre 2006 et 2018.

Morales préparait la Bolivie pour l’avenir en tant que pionnier de la révolution verte mondiale. Le pays possède l’une des plus grandes réserves connues de lithium au monde. Ce minéral est un composant essentiel pour la production de batteries électriques. Plutôt que de se contenter d’exporter cette matière première non transformée, la Bolivie investissait dans la construction d’usines publiques pour produire ses propres batteries pour les voitures électriques.

Apparemment, cela était totalement intolérable pour les États-Unis – qui, avec leurs alliés locaux, tentent d’inverser le développement économique de la Bolivie et d’imposer une attaque néolibérale sur le pays. Luis Arce, l’ancien ministre de l’économie bolivien sous Morales et candidat à la présidence du MAS cette année, a averti que la dictature soutenue par les États-Unis en Bolivie se prépare déjà à privatiser le lithium du pays au profit des sociétés transnationales.

Les nouvelles élections en Bolivie seront organisées dans des conditions de persécution politique
Suite au coup d’État soutenu par les États-Unis le 10 novembre 2019, la Bolivie est désormais gouvernée par une dictatrice raciste d’extrême droite – Jeanine Añez – dont l’alliance électorale du parti n’a obtenu que 4% aux élections d’octobre.

De nouvelles élections sont prévues pour le 3 mai 2020. Elles sont organisées par des autorités électorales choisies par la dictature bolivienne ; les conditions pour des élections libres et équitables sont donc gravement compromises. Les États-Unis et l’aile droite bolivienne espèrent utiliser ces élections pour revendiquer une certaine légitimité démocratique pour gouverner le pays. Le problème auquel ils sont confrontés, cependant, est que – malgré l’intimidation, la violence et la persécution politiques intenses – la popularité durable de Morales et de son parti, le MAS, se maintient. Luis Arce, par exemple, est apparemment en tête des sondages, l’un des derniers l’ayant placé à environ 32 %. L’aile droite, quant à elle, est divisée, avec trois candidats très en vue qui se présentent. Le centre-droit Carlos Mesa est à 23%, Añez à 21% et Fernando Camacho – l’un des instigateurs du coup d’Etat – à 15%.

Le fait que le MAS soit en tête des sondages dans une atmosphère de persécution politique intense, où les opposants au coup d’État sont criminalisés et accusés de sédition, de terrorisme et de corruption, est un résultat significatif. Cela reflète le fait que la gauche en Bolivie a des racines sociales profondes, un soutien de masse et une riche histoire de lutte. Arce est lui-même sous “enquête” et pourrait être arbitrairement interdit de se présenter aux élections par le régime illégitime bolivien à tout moment. Morales, quant à lui, s’est proposé pour se présenter au Sénat mais a déjà été disqualifié par le tribunal électoral suprême.

Les Boliviens continuent à se battre

La fausse accusation de fraude électorale a servi de prétexte à l’exécution d’un coup d’État très sophistiqué, méticuleusement planifié et doté de ressources importantes en Bolivie. Ce coup d’État représente une victoire importante pour la politique étrangère américaine en Amérique latine et un coup porté à toutes les forces progressistes de la région. Les États-Unis ont l’habitude d’utiliser la tromperie pour influencer l’opinion publique afin de l’adoucir avant les interventions américaines. Un exemple notoire de cette approche a été l’invasion de l’Irak par les États-Unis et le Royaume-Uni en 2003, où le mensonge selon lequel Saddam Hussein possédait des armes de destruction massive a été utilisé comme prétexte pour un conflit sanglant qui aurait fait plus d’un million de morts.

Le peuple bolivien continue à se battre pour son indépendance et son autodétermination. Il a besoin de la solidarité internationale et que la vérité sur le rôle méprisable que l’administration américaine a joué en renversant ses élections démocratiques soit largement exposée.

Traduction Bernard Tornare

Source en anglais

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s